I. Le diagnostic de le maladie :

 

Après avoir ausculté le patient sous toutes les coutures de façon

« mécanique » : test des réflexes, notation des douleurs et des gênes

occasionnées (sur une échelle de 1 à 10), vient le début des examens

plus ciblés :

 

 

IRM : (Imagerie par résonance magnétique)


Mesure du potentiel évoqué (PE) :

 

 En cas de SEP, la conduction des signaux au sein de différents nerfs est ralentie parce que les gaines de

myéline qui isolent et protègent les nerfs sont endommagées.

Dans ces zones de nerfs « démyélinisés » la transmission des impulsions est nettement retardées.

 

La mesure des potentiels évoqués (PE), enregistre le temps que met un signal pour atteindre le cerveau.

Les retards sont détectés en comparant les résultats du test avec le temps nécessaire pour transmettre les

impulsions chez les personnes atteintes de SEP.

 

En mesurant l'activité électrique du cerveau, les neurologues peuvent détecter des lésions qui ne causent pas

de symptômes cliniques.

 

Les PE peuvent aider des neurologues à trouver des anomalies de conduction nerveuse et des lésions

« silencieuses » dans le système nerveux central, même lors qu’aucun déficit neurologique n'est encore

apparu.

 

 

PEV et Ponction Lombaire :

 

Durant ces jours d'examens (et de questionnement intérieur ) les médecins ne semblent pas poser de

question sur l'hygiène de vie, l'alimentation, l'environnement du patient….

 

L'annonce de la SEP :

 

Après l'attente des résultats, on vous annonce un beau jour que « VOUS ETES ATTEINTE D'UNE SCLEROSE

EN PLAQUES …. Je vais vous donner les fascicules qui vont tout vous expliquer et nous pourrons en reparler

si vous le souhaitez ! »

Les émotions se bousculent, le patient est entre le soulagement de mettre (enfin) un mot sur ses maux et la

peur d'affronter la maladie...

 

Cette annonce sonne le clap de fin sur une relation insouciante face à son corps….

 

Beaucoup de gens se retrouvent seuls face à l'annonce de la

maladie. Le corps médical n'est peut être pas suffisamment préparé ou disponible pour recueillir les réactions

des malades face à cette nouvelle qui bouleverse pourtant leur vie, et celle de leur entourage.

Face à ce ras de marée émotionnel chacun réagit différemment: déni, colère, peur, anxiété, chagrin,

dépression, acceptation, adaptation mais tous se posent de nombreuses questions.

 

 

II) Qu'est-ce que la SCLEROSE EN PLAQUES

(SEP ) d'un point de vue médical?

 

 

Le premier rapport à cette maladie peut être le coffret « ma vie avec une SEP» (de Betaplus laboratoire Bayer).

Le patient se plonge, plein de questions et de craintes, dans la lecture de la définition d'une SEP:

 

« Maladie inflammatoire chronique du système nerveux centrale (snc) responsable d'une perte de gaine de

myéline et d'une dégénérescence neuronale.

 La sep se caractérise par la survenue rapide de symptôme (appelés poussées), suivie d'une régression de

ceux-ci après quelques jours ou quelques semaines.

La récupération peut être partielle ou totale cette période est appelée «rémission». »

 

 

Il existe 3 formes de sep:

 

 

5

 

 

 

 

 

Je comprends donc en théorie ce qu'est cette maladie

Mais comment éviter les poussées? Existe t-il des traitements pour ralentir l'évolution de la maladie?