-Les 5 fondements de la naturopathie : vitalisme, humorisme, hygiénisme, causalisme et holisme.

 

 

Naturopathie 4 saisons La naturopathie est bien plus qu’une compilation de techniques naturelles (nutrition, plantes et huiles essentielles, hydrologie, massages, techniques réflexe etc.).

Ce qui différencie un naturopathe d’un diététicien, d’un aromathérapeute ou d’un vendeur de compléments alimentaires, c’est d’abord que 

Le naturopathe prend en compte son consultant dans sa globalité : non seulement sa physiologie, mais aussi son énergie, son contexte psycho-affectif, mental et socio-culturel.

De plus, le naturopathe n’a pas une approche anti symptomatique : il ne s’agit pas de s’occuper frontalement de la partie malade, mais plutôt de stimuler les forces vives de la personne, car ce sont elles qui vontrégénérer la partie malade.

D’où la nécessité en naturopathie de s’appuyer sur un Bilan de Vitalité et non sur un diagnostic. Ainsi le naturopathe consacre tout son art à stimuler le pouvoir d’auto-guérison de l’organisme, dans le but de restaurer le terrain et de rétablir l’homéostasie, c’est-à-dire le bon équilibre de tous les paramètres physiologiques, dans une logique aussi bien préventive que curative.

Parce qu’il s’agit de proposer à son consultant non pas des recettes toutes faites, mais la cure la plus adaptée à son cas spécifique, et une stratégie santé personnalisée, le naturopathe replace toujours la problématique exprimée par son consultant dans son contexte de vie général. Il s’intéresse notamment à son terrain biologique et génétique, à ses antécédents personnels et familiaux.

Pour ce faire, la naturopathie puise ses fondements dans les médecines traditionnelles ancestrales et se décline avec :

  • une philosophie : le vitalisme

  • une science : l’humorisme

  • une technique : l’hygiénisme

  • une méthodologie : le causalisme et l’holisme

Le vitalisme

 

Le fondement philosophique de la naturopathie est l’existence dans chaque organisme vivant d’une énergie vitale, siège de la santé et support de tous les mécanismes physiologiques du corps.

 « Chacune des cellules de notre corps est animée par une énergie intelligente et formatrice, nommée « force vitale » (le pneuma de Platon, la natura medicatrix d’hippocrate). Les manifestations de cette force vitale auto-guérisseuse sont nombreuses : croissance, cicatrisation de coupures, recalcification osseuse après fractures, fièvre luttant contre l’infection, diarrhée salvatrice suite à l’absorption de toxines, homéostasie (régulation des paramètres biologiques qui préservent la vie, exemple : le pH sanguin ou la température corporelle) etc…La disparition de cette force vitale entraîne notre mort physique. » Source : B.A.- BA Naturopathie, de Christine & Alain Corvaisier.

La notion d’énergie vitale existe depuis 8 000 ans (Sumer). Mais elle est encore aujourd’hui jugée floue, et beaucoup de scientifiques attendent qu’on la voit, qu’on la mesure, pour pouvoir la valider…

Les apports de la physique quantique ont ouvert la recherche à la subtilité de l’énergie vitale.

Le concept de « champ morphogénétique » a été introduit en 1922 par Alexander Gurwitsch en Russie : il traduit le fait qu’un champ d’énergie précède la matière et lui donne sa forme, comme un moule énergétique. Un des principaux promoteurs actuels de cette théorie est Rupert Sheldrake (né en 1942), para psychologue anglais et spécialiste de biochimie et de chimie cellulaire, qui parle notamment de «causalité formative ».

On retrouve le concept d’énergie vitale dans toutes les grandes traditions de la planète.

Selon les cultures, les époques, les langues, la force vitale a été nommée de façon différente: le «Prâna» en Inde, le «Qi ou Chi» en Chine, le «Ki» au Japon, «Ruach» chez les hébreux…
Cette énergie universelle est à la base de pratiques thérapeutiques et spirituelles ancestrales: elle est le fluide qui circule dans les méridiens d’acupuncture, l’éther qui anime les chakras, le vecteur de la puissance du souffle dans les arts martiaux, etc.

Dans le monde grec antique, le mot «pneuma» (qui a donné pneumatique) signifie «souffle de l’esprit» et correspond à différentes formes de respiration. Il existe ainsi un lien entre l’exercice respiratoire (le souffle de la respiration) et l’exercice spirituel (le grand souffle cosmique).

L’énergie vitale à la lumière des recherches contemporaines

3Au XIXème siècle, les magnétiseurs parlent d’énergie fluidique ou de fluide vital pour expliquer le courant guérisseur qu’ils transmettent par leurs mains.

Le Dr Hippolyte BARADUC (1850-1902) était magnétiseur de campagne et photographe, mais aussi diplômé des MINES. Il a photographié l’énergie de ses mains en les imposant sur des plaques photosensibles. Bibliographie: «La force vitale: notre corps vital fluidique, sa formule biométrique», Ed Tredaniel

 

Photo Kirlian Semyon KIRLIAN (1898 -1978) et Valentina, couple d’ingénieurs russes, ont retrouvé le même phénomène dans les années 1935-50. Leurs travaux de recherche, financés par l’Etat, visaient à améliorer la sélection des graines: l’utilisation de champs électriques à haute fréquence (effet Corona) permettait de visualiser une «aura» rayonnante autour des graines. Ils ont ensuite élargi ces travaux pour photographier les mains, les pieds et ont observé un rayonnement lumineux (émission de photons), en comparant «l’aura» des personnes saines et celles des malades.
De là est né la «photographie Kirlian». Ce procédé, qui porte leur nom depuis 1939, est souvent évoqué comme la matérialisation sur cliché de «l’aura» des êtres vivants (humains, animaux, végétaux), part immatérielle du «corps énergétique».

Les travaux des Kirlian ont influencé de nombreux chercheurs, notamment:

  • en Russie, Victor ADAMENKO, Victor INYOUCHINE qui organisa en 1968 le premier congrès sur la bio-énergie

  • aux USA, Sheila OSTRANDER & Lynn SCHROEDER qui publient en 1970 l’ouvrage « Psychic Discoveries Behind the Iron Curtain »

  • en France avec les travaux de l’ingénieur physicien Hervé Moskovakis, qui permirent une grande avancée technologique avec l’élaboration de l’électrophotographie.

De nos jours, le français Georges HADJO continue de perfectionner la technique de « photo Kirlian », désormais appelée « électrophotonique ». Il est passé aux photos couleurs et son appareil permet d’accéder à des informations de plus en plus subtiles, y compris sur le plan psychologique.

En 1978, au premier symposium sur la bio-énergétique à Paris, il a mis en évidence « l’effet fantôme » : une feuille, amputée d’une partie puis photographiée quelques secondes après avec son procédé, montre sur le cliché un rayonnement intégral, comme si le champ d’énergie rayonné par la feuille sectionnée conservait la mémoire de sa forme initiale.

Photo Hadjo

L’humorisme

L’humorisme est «la science des humeurs». Les humeurs sont les liquides organiques dans notre corps (sang, lymphe, sérum…), qui forment le «milieu intérieur» selon l’expression de Claude Bernard, médecin et physiologiste français (1812-1878).

C’est dans les humeurs que baignent tous les éléments figurés: organes, tissus et cellules.

Autre définition: «Aucune de nos cellules n’est réellement séparée d’une autre. Le corps physique forme un tout indissociable. Constitué de plus de 60% d’eau, il ressemble à une gigantesque baignoire remplie de sang, de lymphe et de liquide interstitiel. Cet ensemble est souvent nommé «terrain humoral». Dans ce milieu transitent des éléments qui entrent et d’autres qui sortent, après avoir été transformés (ex: la nourriture absorbée est transformée en bol alimentaire, dont le corps va extraire les éléments nutritifset rejeter les déchets inutiles). Une mauvaise alimentation, la sédentarité et la pollution nuisent à la qualité de notre «terrain humoral». Ces liquides intérieurs si sensibles à notre mode de vie sont appelés «humeurs» Source: B.A.- BA Naturopathie, de Christine & Alain Corvaisier.

Chez un adulte en bonne santé, les liquides représentent 71 % de son poids.

Les humeurs se répartissent en:

  • sang: 5,5 litres) 4

  • lymphe canalisée (qui circule): 4-5 litres

  • lymphe intersticielle: 5-6 litres

  • cytoplasme = liquide intracellulaire: 28 litres

Selon Hippocrate (- 460 à – 377 av. JC), il y a 4 humeurs fondamentales.

Hippocrate estimait que les gens avaient tendance à développer les pathologies de leur humeur dominante. C’est le début du «Bilan de santé» : connaissant les prédispositions liées à la constitution de la personne, on veillera à rééquilibrer prioritairement les fonctions et organes cibles.

 

 

 

5

 

 

 

Les 3 perturbations humorales essentielles :

 

Les surcharges :

  • Toxiques exogènes (pesticides, métaux lourds, médicaments, pollutions chimiques…)

  • Toxines endogènes (cholestérol, diabète, urée, acide lactique …)

  • Radicaux libres (tout ce qui nous résulte du stress oxydant et produit des molécules de vieillissement)

Les carences :

  • En protéines, en lipides de qualité (les carences glucidiques sont rares de nos jours…) 6

  • En vitamines, oligo-éléments, minéraux, enzymes…

 

Trouble de la fluidité, de la circulation

  • Les clés pour y remédier: l’exercice physique, la respiration, les massages…

     

 

 

L’hygiénisme

Le terme vient de Hygieia, déesse grecque de la santé, fille d’Asclépios (Dieu de la médecine). Ainsi à l’origine, l’hygiène c’est la santé.

On peut définir l’hygiénisme comme étant un ensemble de principes menant à une meilleure qualité de vie, sources de santé et de bien-être.

Le courant hygiéniste européen, plus souple que son homologue américain, se développe à partir de 1930, avec des grandes figures de l’hygiène vitale naturopathiques telles que Sebastian Kneippre le symptôme), des facteurs déclenchants de la maladie.

(utilisation de l’hydrothérapie froide combinée aux plantes), Paul Carton (a traduit et vulgarisé l’œuvre d’Hippocrate), Pierre-Valentin Marchesseau (le père de la naturopathie française moderne).

L’hygiénisme européen met l’accent sur 3 pratiques de santé fondamentales, qui constituent les 3 techniques majeures de la naturopathie moderne et que tout bon naturopathe se doit d’optimiser en priorité:

  • L’hygiène alimentaire: quoi manger, cures, diètes… 7

  • L’hygiène neuro-psychique: être bien dans sa tête et dans son cœur…

  • L’hygiène corporelle: activité physique, exercices respiratoires, bouger, éliminer…

Le contact avec les éléments naturels (la terre, l’eau, l’air, la lumière, les animaux, les arbres etc.) est également considéré comme indispensable au maintien d’une bonne santé et des échanges sains avec son environnement.

Le causalisme

Le causalisme est la méthodologie de la naturopathie, la recherche de la cause première, de la cause profonde du problème (ce qu’il y a derrière)

  • «Citons Hippocrate :Si tu veux être un bon médecin, cherche la cause première et traite-la.

  • Si tu veux être un meilleur médecin, cherche la cause de la cause et traite-la.

  • Si tu veux être un authentique thérapeute, cherche la cause de la cause de la cause et traite-la».

 Cela impliquait pour lui 3 niveaux de recherche causale :

  • La cause première est humorale:

    Elle implique de faire un régime, un drainage des humeurs.

    La cause de la cause est d’ordre psycho-somatique:

    Est liée aux relations humaines, d’où recherche de l’expression des non-dits, résolution des conflits, réconciliations (familiaux ou professionnels).

    La cause de la cause de la cause est spirituelle: 8 Il s’agit de rechercher pourquoi le malade a perdu le sens de sa vie. C’est un véritable travail d’investigation sur les différents plans de l’être, faisant la lumière sur les multiples chaînes causales ayant conduit à la maladie.

      • L'HOLISME:

L’holisme est l’approche de l’être humain dans

sa globalité. Le terme vient du grec «holos» qui signifie «tout», «entier». Un thérapeute holistique considère son consultant non seulement sur le plan physique et de ses mécanismes physiologiques, mais prend également en compte sa vitalité (énergie vitale), ses émotions, ses échanges avec son entourage et son environnement, ses pensées qui peuvent être dévalorisantes, limitantes, sclérosantes…

Autre définition: «Notre être n’est pas seulement composé d’un corps physique. Comme chacun peut le constater, nous sommes aussi constitués d’énergie, d’instinct, d’émotion, de pensées, de spiritualité. Notre corps physique est seulement l’aspect le plus facilement perceptible par nos sens. Les différents plans de notre être sont étroitement reliés les uns aux autres. Tout blocage ou toute entrave à la libre circulation de la vie entre eux a forcément des répercussions sur notre santé.» Source: B.A.- BA Naturopathie, de Christine & Alain Corvaisier.9

Dans cette globalité des niveaux de l’être, où se situe la cause première de la pathologie? Se situe t-elle sur le plan humoral, ou bien est-elle d’ordre génétique? Ou bien est-elle à rechercher sur les plans énergétique, psychologique, spirituel, environnemental, socio-culturel?

C’est tout le but de l’anamnèse (cet entretien approfondi que mène le naturopathe auprès de son consultant) que de découvrir la cause première de la problématique dans une approche nécessairement holistique.